Motos

Paris et IDF : faut-il vendre à un professionnel ou un particulier ?

Quel que soit l’article à vendre, il ne suffit pas de trouver un acheteur. De ce fait, pour réussir à vendre avec succès un engin à deux-roues, vous devez trouver le parfait acheteur et ensuite encaisser le paiement. Dans ce cas, que vous résidiez dans la région Île-de-France ou plus particulièrement à Paris, il est possible de vendre votre moto à un particulier ou à un professionnel. Chacun de ces deux canaux de revente présente des avantages bien spécifiques. Pour effectuer le meilleur choix, profiter de la revente de votre moto et en apprendre davantage sur le sujet, nous vous invitons à lire cet article.

La vente de son deux-roues à un professionnel : une option simple, rapide et sécurisante

L’Île-de-France (et plus particulièrement Paris) est bien entendu une région plus que dynamique. Si vous décidez donc de vendre une moto, il vous sera aisé de trouver des acheteurs.

A voir aussi : Tour d'horizon de l'équipement moto

Toutefois, il est important de trouver le meilleur canal de vente. En effet, il existe différents moyens pour vendre sa moto et donc différents types d’acheteurs, notamment les professionnels et les particuliers. La vente de véhicule via un professionnel est une option qui peut être pratique, rapide et surtout financièrement sûre.

La preuve est qu’environ 50 % des ventes de voitures d’occasion réalisées chaque année se font par l’intermédiaire d’un professionnel. Il est par exemple possible de vendre sa moto ou son scooter avec Ouilz, une plateforme spécialisée dans le rachat des deux-roues par des professionnels vous proposant une estimation rapide et gratuite pour le rachat de votre scooter, moto ou 3 roues et vous garantissant une vente sécurisée, ainsi qu’un paiement immédiat.

A lire aussi : Combien coûte l'obtention d'un permis de moto

Vendez simplement votre moto à un professionnel

Il existe de nombreux avantages à vendre sa moto à un professionnel. En effet, vous pouvez vendre votre moto sans vous soucier du contrôle technique, puisque le professionnel contacté s’en occupe.

Toutefois, cette opération est assez délicate si votre deux-roues est difficilement vendable. Ce serait par exemple le cas si son état nécessite beaucoup de moyens pour la réparation ou si le modèle n’est plus assez demandé sur le marché. Certains professionnels pourront toutefois vous proposer le rachat de votre véhicule, même si celui-ci est accidenté ou non roulant.

rachat moto

Des prix qui pénalisent de nombreux vendeurs de motos

La majorité des professionnels intermédiaires préfèrent des motos en bon état, voire ayant moins de 2 ans. C’est pourquoi il est conseillé de contacter des professionnels de l’occasion ou des garages indépendants.

Cependant, sans acheter une nouvelle moto chez ces derniers, le seul moyen pour vendre votre moto est son bon état général, son kilométrage et son carnet d’entretien qui prouvent des visites fréquentes chez des professionnels. Il faut également noter que certains modèles de moto (comme ceux qui ont un moteur assez gourmand en carburant) sont plus difficiles à vendre.

La cote Argus : un faible taux appliqué par les professionnels

Sur le plan du tarif, la cote la plus utilisée par les professionnels et les concessionnaires est celle de l’Officiel du Cycle de la Moto. Toutefois, cette dernière est la plus basse et n’avantage pas les vendeurs.

En effet, les professionnels appliquent une cote Argus (l’Argus est le nom donné à une cote en particulier) qui varie autour de 15 %. Ils peuvent également appliquer une cote de -20 % sur les modèles de moto qui se vendent difficilement.

De plus, certains professionnels qui proposent un système d’achat rapide à travers de petites annonces peuvent déduire plus de 30 % du tarif Argus de votre deux-roues. En plus de ce prix totalement réduit, le professionnel en question déduira les frais de remise en état.

En réalité, la cote est une base de calcul très utilisée pour la vente des motos d’occasion. Elle tient compte de l’état de la moto pour réaliser une estimation de son prix. Généralement, elle se calcule sur la base du kilométrage annuel. Par exemple pour un roadster, le kilométrage est de 6000 km et pour une routière, il est de 12 000 km. Au cours de la vente, l’état des pneumatiques peut faire baisser le prix de vente jusqu’à 200 euros ou plus.

Ainsi, n’hésitez pas à vous renseigner et à faire établir divers devis auprès de différents professionnels pour comparer les offres de reprise.

La vente via un professionnel : l’option la plus sécurisée

Malgré certains désavantages de ce canal de vente sur le plan tarifaire, il vous propose une sécurité relative quant à la transaction et au paiement. Ainsi, vous êtes sûr d’être payé. De plus, quel que soit le problème, c’est le professionnel qui est tenu responsable face au nouvel acquéreur de la moto. C’est la raison pour laquelle cette sécurité se paie assez cher.

La vente de particulier à particulier : un canal de vente rentable, mais exigeant

vente de 2 roues

Si l’option de la vente via un professionnel a le mérite d’être sûre et rapide, celle de la vente de particulier à particulier est connue pour ses avantages d’un point de vue pécuniaire. Cependant, elle demande du temps et assez de travail. En effet, si par exemple vous voulez vendre votre scooter, vous devez lui fixer un prix correct, trouver un acheteur et surtout vous assurer d’être payé.

La fixation du prix de votre engin : une démarche laborieuse

Pour profiter de la vente de sa moto, il est primordial de lui fixer un bon prix. Pour y arriver, il faut pouvoir se situer sur le marché de l’occasion. De ce fait, il faut surveiller et lire les articles de la presse et des sites automobiles spécifiques consacrés à ce marché. Vous pouvez aussi surveiller les annonces sur le Net afin d’identifier le kilométrage et les mises à prix des modèles de moto similaires au vôtre.

Avec cette option, il est aussi important de consulter les cotes pour moto. Toutefois, il faut faire attention et consulter au moins deux cotes afin de se faire une idée. Par exemple, il est possible de trouver des écarts de plus de 40 % entre les cotes. De nombreux magazines ou plateformes présentent des cotes de l’occasion assez réelles et représentatives du marché. L’important est de ne pas viser trop haut et de très bien se situer sur le marché afin de vendre sa moto vite et bien.

Poster une annonce : une nécessité pour trouver le bon acheteur

Pour éviter les escrocs, vous ne devez pas opter pour les ventes aux bords des routes ou dans les parkings. De ce fait, opter pour de petites annonces dans une presse spécialisée (publications nationales ou locales) ou une presse généraliste afin d’attirer les potentiels acheteurs.

Aussi, il est possible de recourir à internet afin de vendre rapidement sa moto à un particulier. De nombreuses annonces y sont publiées et cette option présente de nombreux avantages. Toutefois, il faut effectuer un choix correct pour ne pas tomber dans certains pièges.

Un risque élevé de non-paiement

La partie la plus délicate avec l’option de la vente à un particulier est le paiement. Il est conseillé de refuser les chèques classiques et d’exiger plutôt un chèque de banque. Cela garantit la disponibilité des fonds.

Toutefois, le risque reste élevé puisque certains acheteurs peuvent remettre de faux chèques de banque. Ils repartiront alors avec votre moto et vous ne toucherez pas l’argent de la transaction puisque les banques et les assurances ne prennent pas en charge le risque lié aux faux chèques.

Que ce soit dans toute la région de l’Île-de-France ou spécifiquement à Paris, les risques d’escroqueries liés à la vente à un particulier ou sur internet sont assez élevés. Toutefois, avec ce canal, le chèque de banque reste le meilleur moyen de se faire payer, à moins de prendre toutes ses précautions. Concernant ces dernières, il est par exemple possible d’exiger une pièce d’identité avec photographie à votre acheteur et d’appeler ensuite son agence bancaire une fois le chèque remis pour vérification.

vente de scooter

Les documents à préparer pour la vente de votre moto

Que ce soit à un professionnel ou à un particulier, la vente d’un véhicule est soumise à une démarche bien précise. Vous devez fournir des documents officiels pour finaliser votre transaction. Ainsi, en attendant qu’un acheteur se manifeste, il faut commencer à préparer les documents en question. Il s’agit entre autres :

  • de la carte grise ;
  • du carnet d’entretien ;
  • des garanties ;
  • des factures des pièces changées.

Pour la vente proprement dite, vous devez avoir un certificat de cession (le formulaire Cerfa n° 15776*01) qui permet de céder la propriété de votre moto à l’acquéreur. Vous aurez aussi besoin d’un certificat de situation administrative dont la demande entièrement gratuite se fait sur internet.

Pendant la vente, il faut barrer la carte grise et y inscrire la mention « cédé le » ou « vendu le » en indiquant la date et l’heure de la vente. Vous devez ensuite y apposer votre signature. Après la vente, il faut se rendre sur le site de l’ANTS pour déclarer la vente de l’engin à l’administration.

Par ailleurs, il est important de résilier son contrat d’assurance lorsque la moto vendue n’est pas remplacée. L’achat d’une nouvelle moto mettra immédiatement un terme à l’assurance de l’ancienne. Vous pouvez alors mener les démarches pour souscrire un nouveau contrat d’assurance.

Pour conclure, il est possible de vendre sa moto à un particulier ou à un professionnel et d’utiliser internet pour faciliter la recherche d’un potentiel client. La vente via un particulier requiert souvent du temps et n’apporte pas de sécurité lors de la transaction.

Par contre, la vente par l’intermédiaire d’un professionnel apporte la sécurité financière nécessaire, mais peut être moins avantageuse sur le plan pécuniaire. Quel que soit le canal, il est primordial d’être prêt sur le plan administratif afin de fournir les documents nécessaires pour vendre rapidement sa moto.

Article similaire