Voiture

Quelle différence entre Primacy 3 et 4 ?

Elu “produit de l’année 2019”, le pneu Michelin Primacy 4 succède avec brio au Primacy 3 commercialisé depuis 2012. Fiabilité, performances, bruit, quels sont les éléments qui différencient ces deux pneumatiques de l’équipementier français ?

Primacy 3, la meilleure adhérence en freinage

La plus grande difficulté lorsqu’un équipement conçoit un nouveau pneumatique, c’est de résoudre les problèmes d’adhérence. C’est d’ailleurs un véritable casse-tête car les caractéristiques d’un pneu doivent être différentes pour sol sec, en cas de pluie, et ce, aussi bien en ligne droite que dans un virage.

Lire également : Quels sont les avantages de partir en voyage avec une voiture ?

Par ailleurs, le pneu doit être résistant dans la durée, offrir une faible résistance au roulement et réduire le bruit de l’enveloppe sur la chaussée. Et pour couronner le tout, il doit contribuer à maîtriser la consommation de votre véhicule.

Réduire la distance de freinage et augmenter l’adhérence dans les virages

Ces critères sont tellement nombreux que jusqu’à l’annonce du Primacy 3, aucun équipementier automobile n’avait réussi à les combiner. Pourtant, un coup de maître pour Michelin qui laisse ainsi la concurrence loin dans le rétro. Même des Pirelli et autres GoodYear ne font pas aussi bien.

A lire en complément : Comment réparer des rayures sur une carrosserie ?

De l’avis des spécialistes et des professionnels auto, le Michelin Primacy 3 garantit la meilleure adhérence en freinage en toutes circonstances. Que ce soit sur sol sec ou sur sol mouillé, le Michelin Primacy 3 réduit de plusieurs mètres la distance de freinage et renforce l’adhérence.

Quel est le secret du Michelin Primacy 3 ?

Sur un pneu classique, les pavés de la bande de roulement se déforment dans les courbes ou en cas de freinage d’urgence. Cela se traduit par une réduction de la surface de contact entre le pneu et la route. Cette perte de contact augmente la distance de freinage et réduit l’adhérence.

Le secret du Michelin Primacy 3, c’est une sculpture brevetée constituée de lamelles autobloquantes. Ces dernières s’accrochent les unes aux autres en cas de sollicitation (freinage, virage, etc). Ainsi plus rigides, elles restent davantage en contact avec le bitume.

Primacy 4, élu produit de l’année 2019

Après le succès de son Primacy 3, développer un pneumatique toujours plus performant est un véritable défi pour Michelin. Pourtant, en 2018, il dévoile son successeur, le Primacy 4.

Sécurité passive renforcée

Cette fois-ci, l’équipementier n’est pas parti d’une feuille blanche. Son Primacy 4 reprend la sculpture brevetée du précédent modèle. La tenue de route est donc tout aussi bluffante. Grâce à la qualité de la liaison entre le pneumatique et le sol, le Primacy 4 est toujours aussi polyvalent.

Longévité renforcée

Changer ses pneus relève de l’entretien courant quand on est propriétaire d’une voiture ou d’une fourgonnette. Toutefois, on cherche tous à repousser le moment fatidique le plus tard possible.

Grâce à l’important travail de recherche effectué sur la gomme utilisée, Michelin est parvenu à renforcer la longévité du Primacy 4. Plus résistant dans la durée, il offre un rapport qualité/prix imbattable.

Un pneu qui se répare tout seul

L’autre grosse différence avec le modèle précédent, c’est que le Michelin Primacy 4 se répare tout seul. En effet, il intègre la technologie SelfSeal, une technologie exclusive et bien évidemment brevetée par l’équipementier.

Commercialisée depuis 2016 dans certains produits de la marque française, SelfSeal prend la forme d’une matière autocollante située sur les parois à l’intérieur du pneumatique. Lorsque celui-ci est percé par un clou par exemple, cette matière colmate la fuite. Mieux, en retirant le clou, elle prend sa place. Il est alors possible de rouler sans perte de pression, mais surtout, sans changer le pneu.

Article similaire