Contrôle technique : ce qui va changer en mai 2018

Lorsque vous disposez d’un véhicule automobile, la loi exige que vous fassiez des contrôles techniques périodiques. Cette disposition est réglementée par plusieurs arrêtés successifs et le Code de la route depuis le 1er janvier 1992. Jusque-là, le contrôle technique connu de tous est un examen des véhicules de moins de 3,5 tonnes portant sur 124 points de contrôle pouvant conduire ou non à une visite technique. Cependant, il est annoncé des changements importants devant conduire à un nouveau contrôle technique dès mai 2018. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur ce nouveau contrôle technique.

Introduction de nouvelles méthodologies de contrôle technique

La France mettra en application dès mai prochain une directive prise par le Conseil de l’Union européenne en 2014. D’après cette directive, les 124 points de contrôle sont regroupés autrement avec un complément de quelques nouveaux points. De nouvelles formalités et méthodologies devront être déployées, ce qui entraînera une augmentation du temps de contrôle. Implicitement, le coût des contrôles techniques devra être revu à la hausse (+20 % environ).

La mise en application du dispositif de la défaillance critique

Ce concept existait déjà, mais ne s’appliquait qu’aux poids lourds. Avec le nouveau contrôle technique, il s’appliquera désormais à tous les véhicules automobiles. De plus, le spectre des défauts majeurs pouvant conduire à un accident sera élargi et intégrera de nouveaux points comme le mécanisme de réglage des sièges ou encore un point de corrosion perforante. Ainsi, en cas de défauts majeurs remarqués suite au contrôle, le propriétaire ne disposera que de 24 h pour faire les réparations sans quoi il ne devra plus circuler avec la voiture. Si vous voulez faire votre contrôle technique sur Nantes par exemple, vous pouvez prendre votre rendez-vous en ligne afin de ne pas subir les rigueurs de la loi.

Les contre-visites deviendront plus fréquentes… et plus chères

La contre-visite que nous connaissons aujourd’hui vise à vérifier l’effectivité de la réparation des défauts indexés lors du contrôle. Elle est souvent gratuite ou forfaitairement facturée. Cependant, avec le nouveau contrôle technique, la contre-visite ne se limitera pas juste à cela. Elle prendra en compte une vérification de tout le système. De ce fait, la contre-visite deviendra payante.

Harmonisation du contrôle technique en Europe

Avec l’application des nouvelles règles, la France se rangera sur les dispositions du contrôle technique définies pour l’Europe à travers la directive de 2014. Cette réforme conduira à une uniformisation du contrôle technique sur le continent.

Les contrôleurs vers une promotion

Les exigences du nouveau contrôle technique conduiront les contrôleurs vers une promotion au titre d’inspecteur. Cela donnera plus de notoriété à ces derniers et de nouveaux contrôleurs seront recrutés, mais cette fois-ci, pas avec le niveau CAP, mais plutôt le niveau Baccalauréat.