Sécurité

Pneumatique : des changements à prendre en compte sur le contrôle technique

De nouvelles modifications ont été apportées aux contrôles techniques des voitures. Celles-ci concernent entre autres les pneumatiques de vos véhicules. Cette loi prendra effet à partir du 20 mai et comprend désormais 610 défauts reconnus. Auparavant à 410, cette augmentation vient de l’uniformisation du contrôle technique en Europe.

Sur le site www.pneumatique-pas-cher.com, vous pourrez acheter différents types de pneus pour toujours être dans la légalité et éviter les sanctions.

Trois types de défaillances à prendre en compte

À la suite du contrôle technique, un compte rendu vous sera remis afin de notifier les défaillances de votre véhicule.

  • S’il s’agit de défaillances mineures : cela signifie que ces problèmes doivent être réparés même s’ils n’ont pas de conséquences sur la sécurité du conducteur, de la voiture et de son entourage.
  • Une défaillance majeure : indique que la sécurité de votre véhicule est compromise et que vous pouvez mettre en danger les autres utilisateurs de la route. De ce fait, une contre-visite sera programmée au plus tard 2 mois après la constatation.
  • La défaillance critique : concerne les véhicules qui présentent des dangers importants pour la sécurité routière ou pour l’environnement. Dans ce cas, votre véhicule ne pourra plus circuler dès le lendemain du contrôle et les réparations devront être effectuées avant la contre-visite dans les 2 mois qui suivent au plus tard.

contrôle technique pneumatique

Les défaillances concernant les pneus

Plusieurs défaillances ont été listées en ce qui concerne les pneumatiques du véhicule. Dans la catégorie mineure, il y a l’usure anormale et le sous-gonflage du pneu, le risque ou la présence de frottement avec certains éléments du véhicule, le mauvais fonctionnement du système de contrôle de la pression des pneus (TPMS) ainsi qu’une anomalie de la pression des pneus.

Les défaillances majeures concernent la présence de pneus de différent type ou dimension sur le même essieu, des pneus gravement endommagés ou entaillés sur le véhicule ou encore des pneus réchappés et non conformes. Si vos pneus ont atteint leur limite d’usure ou que la dimension, les indices de charge et de vitesse ne sont pas homologués, vous recevrez également un avertissement de défaillance majeure.

La défaillance est considérée comme critique lorsque la corde du pneumatique est très endommagée ou bien qu’elle est visible. Afin de passer le contrôle, il est aussi important que la profondeur de la gomme reste supérieure à 1,6 mm et que votre pneu ne touche aucune partie fixe de votre véhicule.

L’usure des pneus et ses enjeux pour la sécurité

Le pneu est un élément crucial qui est le garant de l’adhérence du véhicule au sol. Avoir des anomalies au niveau des pneumatiques est dangereux puisque cela peut entraîner de graves conséquences allant d’une crevaison à un accident de la route. L’usure des pneus augmente la distance de freinage, empêche l’évacuation de l’eau en temps de pluie et peut provoquer des dérapages.

Rouler avec un pneu usé ou lisse est une infraction pouvant entraîner une contravention de 4e classe selon l’article R314-1 du Code de la route. Bien qu’il n’occasionne aucun retrait de point, l’amende peut atteindre 750 euros.

Faire un contrôle au niveau du témoin d’usure est primordial pour vérifier la légalité de votre hauteur de gomme. En Europe, celle-ci est de 1,6 mm. Il ne faut pas hésiter à changer vos pneus lorsqu’ils sont usés afin d’éviter de mettre votre sécurité, celle de vos passagers ainsi que les autres utilisateurs de la route en danger.