Actualités

Qu’attendre de Red Bull cette saison ?

À quelques semaines du commencement du Championnat du monde de Formule 2021 lors du Grand Prix de Bahreïn le 28 mars prochain, que faut-il attendre de l’écurie Red Bull ?

Outsider depuis plusieurs saisons sous la houlette de son pilote vedette Max Verstappen, la firme autrichienne ne cesse de progresser depuis l’arrivée de l’ère hybride, et ce, malgré l’hégémonie de Mercedes en tête du championnat. Avec la volonté de retrouver la gloire connue de 2010 à 2013, Red Bull est attendu cette saison.

A découvrir également : Les dirigeants de Volkswagen informés sur le coût du scandale diesel un mois avant sa révélation

Sergio Perez débarque 

En frôlant le goudron pour la première fois lors d’un Grand Prix avec une Red Bull sur le circuit de Sakhir, Perez se rappellera à coup sûr d’un lieu qui a vraisemblablement changé le cours de sa carrière. Vainqueur sur un tracé alternatif du circuit en 2020 au volant de sa Racing Point, le Mexicain a probablement forcé le destin en tapant dans l’œil d’Helmut Marko et des décideurs de l’écurie. Non conservé par l’écurie anciennement connue sous le nom de Force India, Checo n’avait avant l’issue de la saison, aucun baquet pour la saison 2021. L’arrivée de Sebastian Vettel et le maintien de Lance Stroll en poste (il est notamment le fils de l’actionnaire majoritaire) ne lui promettant pas une place de titulaire dans son écurie.

Voiture de course

Lire également : Les différentes sortes de systèmes de géolocalisation de véhicules

Photo par randomwinner, CC0 

Légende : Nouveau coéquipier pour Verstappen la saison prochaine

Red Bull désireuse d’écarter Alexander Albon, dont les résultats furent jugés insatisfaisants, a donc étudié plusieurs possibilités. Toujours très tacite au moment d’annoncer ses intentions, le choix de Christian Horner s’est finalement penché vers Perez aux dépens de Nico Hülkenberg, dont les retours sur quelques Grands Prix ont à nouveau démontré toute l’étendue de son talent en 2020. Nul doute que la victoire de Perez à Bahreïn aura pesé dans la balance au moment de cette décision. L’arrivée de certains de ses sponsors, également.

Verstappen attendu 

Max Verstappen semble être à un tournant dans sa jeune carrière. Avec ses 23 millions annuels, faisant de lui l’un des sportifs les mieux payés de la Terre aux côtés de Lewis Hamilton, il doit franchir le palier nécessaire justifiant les espoirs placés en lui depuis de nombreuses années.

Mais il ne serait pas honnête d’uniquement retenir cela lorsque l’on mentionne le Néerlandais. Sa saison 2020 fut exceptionnelle et il a clairement surperformé, notamment en poussant toujours sa monoplace à la limite.

Il a marqué une progression impressionnante en montrant qu’il était désormais capable d’être patient et de garder son calme. Une évolution majeure et probablement le tournant de la jeune carrière du Batave âgé seulement de 23 ans.

Un nouveau binôme 

Depuis le départ de Daniel Ricciardo, ni Pierre Gasly, ni Alex Albon n’ont vraiment réussi à performer et même, à exister sous l’ombre de Verstappen.

Course de voiture Photo par Michael4Wien, CC0

Légende : Le talent de Gasly n’aura pas suffi face à la puissance de « Mad Max » 

Si certains spécialistes furent réticents quant aux réelles intentions de Red Bull concernant leur deuxième pilote, l’arrivée de Sergio Perez, réputé sulfureux et difficilement influençable, devrait apporter certaines réponses.

Le binôme sera-t-il performant et un numéro 2 pourra-t-il enfin sortir de l’ombre et tenir tête au chouchou proclamé d’Helmut Marko, le grand patron de la filière autrichienne ? Réponse après quelques Grands Prix.

Quid du moteur ? 

Après les déboires de la relation tumultueuse avec le motoriste Renault, Honda marquait son grand retour il y a deux saisons en devenant le nouveau motoriste de Red Bull.

En annonçant son départ fin 2021 du monde de la F1, Honda a clairement provoqué un énorme choc dans le microcosme. L’écurie de Dieter Mateschitz se retrouverait sans le moindre équipementier moteur à l’issue de la prochaine saison.

Rires jaunes du côté de Renault et probablement de son ancien directeur de la section sportive, Cyril Abiteboul. Alors que l’on pensait que Red Bull serait obligé de revenir plaider devant Renault pour la fourniture de moteurs durant la future saison 2022 après un divorce consommé avec beaucoup d’aigreur, la FIA a probablement attisé le moral de la firme française. Bien qu’il soit en capacité de vendre son moteur en 2022 à Red Bull, il ne le ferait plus pour 25 millions d’euros annuels, mais bien pour 15 millions. En effet, les obligations des motoristes et des contrats sont parfaitement établies en Formule 1. Les règles obligeraient donc Renault à équiper Red Bull. À ce prix.

Affaire à suivre…

Article similaire