Constructeurs

Ouvrir sa propre concession automobile : le guide

Chaque année, le marché de l’automobile s’agrandit avec la venue de nouveaux modèles. Ceux-ci arrivent pour la plupart malgré les différences au niveau de leurs fonctionnalités à trouver des acheteurs. Il y a pour ainsi dire une opportunité à saisir en ouvrant une concession automobile, vu que la demande est forte. Mais, comment parvenir à concrétiser un tel projet ? C’est à cette interrogation que nous nous proposons de répondre à travers le présent article. Il présente les différentes étapes à suivre pour ouvrir sa propre concession automobile.

L’étude de marché

Le concessionnaire d’une marque est en quelque sorte l’ambassadeur de cette dernière auprès de sa cible. Il faut donc s’assurer avant tout que les modèles de véhicules proposés conviennent aux besoins de cette dernière. C’est en cela que l’étude de marché est importante. Elle permet non seulement d’identifier les besoins de la clientèle, mais aussi d’évaluer les tendances futures du marché. L’entrepreneur peut donc faire des choix d’investissement bien éclairés. Il pourra également procéder au choix de la zone d’implantation de sa salle d’exposition. C’est donc une étape cruciale à franchir avant l’obtention du numéro siret ou toutes les autres formalités administratives.

Choisir son modèle de concession automobile

L’option est offerte au promoteur d’associer son établissement à une ou plusieurs marques de voitures. L’éventualité de conclure un partenariat d’exclusivité avec une grande marque étant plutôt faible, il est conseillé de se forger une réputation avec des modèles moins connus. Cela augmente la notoriété de l’établissement lui offrant plusieurs avantages. Ce dernier peut à titre d’exemple obtenir un large espace géographique à exploiter.

Rappelons toutefois que la concession automobile implique également la gestion d’un service de maintenance. Ce sont là autant d’éléments nécessitant des investissements de taille. À défaut donc de bâtir à partir de rien sa concession automobile, il est possible de procéder au rachat d’un centre en service.

Choisir le lieu d’implantation

Le contrat de concession impose à l’établissement une zone géographique d’exploitation. C’est donc en fonction de celle-ci que se fera le choix du site de distribution. Il faut également prendre en considération le nombre ainsi que la nature des voitures à exposer (neuve ou d’occasion). Le futur concessionnaire a donc le choix entre les zones

commerciales et industrielles : chacune présentant des avantages et des inconvénients. Il faut donc analyser tous les facteurs afin de bien choisir.

Choisir son statut juridique

Le statut du concessionnaire est bien distinct de celui du commerçant industriel. Il n’est pas non plus un agent commercial. Son statut juridique permet donc de clarifier ses obligations administratives pour ce qui relève de la gestion de l’activité. Le statut juridique garantit aussi la protection des biens et fixe les charges fiscales à verser. À titre informatif, on précisera que la plupart des distributeurs agréés de véhicules exercent comme SARL.

Recruter le personnel

Dans une concession automobile, plusieurs profils d’employés sont nécessaires. Il faut principalement :

  • Des ingénieurs en mécanique (pour les travaux de maintenance) ;
  • Des agents commerciaux pour l’accueil et la vente ;
  • Le personnel administratif pour la gestion de la paperasse.

À tout cela s’ajoutent les besoins en matériel pour la gestion effective de l’établissement. Il ne faudra pas non plus oublier le stock de la voiture sans lequel l’établissement ne saurait porter son nom.