Actualités

Qui est concerné par la loi Lom ?

La loi Lom ou loi d’orientation des mobilités a été adoptée le 24 décembre 2019. Elle fait figure d’accompagnement au sein des entreprises dans les déplacements de ses salariés, que ce soit au niveau des déplacements de travail ou des déplacements depuis leurs domiciles vers leur lieu de travail. Les employeurs ont l’opportunité d’optimiser le rendement de ses employés en adoptant la loi d’orientation des mobilités à bon escient.

Le premier volet de l’application de cette loi est le déplacement des employés depuis leurs domiciles jusqu’à leurs lieux de travail. Cette mesure ne se fera pas à la légère, mais sera réglementée en fonction du nombre des employés de l’entreprise. Ce qui équivaut à dire que cette loi a des répercussions selon le nombre d’employés de la société et surtout en fonction de sa flotte automobile. Cliquez sur le lien suivant pour en savoir plus : https://www.mappingcontrol.com/quel-impact-de-la-loi-lom-en-entreprise-sur-une-flotte-automobile.

A lire en complément : La technologie et l’automobile : gros plan sur la voiture d’aujourd’hui et de demain

Indemnités ou Lom ?

Certaines sociétés trouvent des parades et s’adonnent à offrir des indemnités de déplacement qu’ils font entrer dans leur comptabilité au nom de la loi Lom. Ce qui diffère de l’application de cette loi qui nécessite en premier que la société dispose d’une flotte automobile adéquate en fonction du nombre de ses employés. L’objectif de cette loi est que le salarié soit gagnant et ne soit pas forcé à faire des dépenses supplémentaires pour rejoindre son lieu de travail et rentrer.

L’application de cette loi au sein des entreprises devra prendre en compte des enjeux de rationalisation des déplacements qui vont amener à des effets indirects sur la pollution et des effets plus concrets sur le pouvoir d’achat des salariés. Quoi qu’il en soit, les employeurs sont dans l’expectative de mettre en exécution cette loi sachant que les mesures d’applications légales ne sont pas claires et pourraient leur nuire financièrement.

A découvrir également : Un problème de courroie peut rapidement devenir dangereux

Quels sont les enjeux sociaux ?

Cette loi met un point d’orgue dans la différenciation du nombre des employés d’une entreprise. Pour les sociétés qui ont dans leur rang une cinquantaine de travailleurs, les dispositions ne seront pas un travail d’Hercules, mais seront juste quelques réglages administratifs vite réglés. Par contre, pour ceux qui emploient plus d’une centaine de salariés, ils devront s’atteler à se mettre à jour et réviser le Plan de Mobilité archaïque déjà mis en place.

Les bénéfices réels de l’entreprise au niveau de l’image et de la notoriété seront réels si les responsables sont favorables à cette loi. L’entreprise sera bien en vue vis-à-vis de ses pairs si elle opte pour ce genre de prise en charge de ses employés. De cette façon, les employés deviendront de réels collaborateurs que l’entreprise prendra en charge pour le bien-être de l’organisme et non juste par frime.

Quelles autres alternatives pour les entreprises ?

Mis à part les frais, les sociétés peuvent aussi prendre en compte divers moyens de transports à leurs frais pour les employés. Les responsables de l’entreprise pourront à leur guise faire profiter leurs employés de vélos ou de trottinettes. Dans la mesure du possible, les responsables de la société peuvent mettre en place quelques organisations de covoiturages ou autres services de mobilités partagés à la charge de l’entreprise.

 

Dans la mesure du possible, les entreprises peuvent disposer d’une flotte de moyens de transport pour faciliter le déplacement de leurs employés, mais à un coût réduit par rapport au transport public. Mais il ne faut pas oublier que dans cette optique, l’entreprise devra mettre en place une stratégie des besoins de ses employés afin d’optimiser ses services et d’en faire profiter ces derniers.

Article similaire