Actualité

Pourquoi Sébastien Ogier va-t-il terminer sa carrière chez Toyota ?

Le sextuple champion du monde de rallye a récemment officialisé son départ de l’équipe Citroën. Il met fin à une seule année de collaboration avec la marque française pour signer chez Toyota Gazoo Racing à l’occasion de ce qui pourrait être sa dernière saison en WRC.

L’annonce n’a eu un effet de surprise pour personne dans le milieu. Depuis plusieurs semaines, le pilote de rallye françai, Sébastien Ogier (35 ans) a laissé comprendre que son départ de chez Citroën était imminent. Sa signature chez Toyota a été officialisée fin novembre par la firme japonaise elle-même lorsqu’elle a dévoilé dans un communiqué officiel son impressionnant line-up de pilotes pour 2020. Après avoir terminé à la deuxième place du classement des constructeurs en 2019, Toyota Gazoo Racing WRT a décidé de frapper fort et de recruter de grands noms pour la prochaine saison. La marque sera notamment menée par les nouvelles recrues, le Britannique, Elfyn Evans (classé 4ème en 2019 avec Ford), et le Finlandais, Kalle Rovanpera (champion du monde WRC 2 Pro avec Skoda), et l’équipe dirigée par Tommi Mäkinen. Ogier vient compléter le trio et surtout combler le vide laissé par le champion du monde actuel, Ott Tänak, parti chez Hyundai pour la saison 2020.

A lire également : Le robot Curiosity nous fait découvrir Mars à 360°

Un rythme de développement insuffisant

Ce choix de fin de carrière semble logique pour Ogier. Le changement d’écurie va dans la continuité des ambitions de celui qui a laissé filé son septième titre mondial d’affilée l’année dernière et souhaite rapidement le récupérer. Annoncé comme favori à sa propre succession au début de la saison 2019, avec une cote à 2.20 (contre 21.00 pour Ott Tänak) sur le site spécialisé dans les paris en ligne Betway, Ogier n’a remporté que 3 épreuves durant la saison (Monte-Carlo, Mexico et Turquie). Il a pratiquement mis fin à ses chances en perdant des points précieux en Italie en juin dernier. Lors du Rallye de Sardaigne, le Français a été contraint de s’arrêter après avoir cassé la suspension de sa Citroën C3 en heurtant une pierre durant son parcours. Après avoir tenté pendant de longues minutes de réparer sa voiture en vain, le champion en titre a finalement laissé tomber en plein milieu de l’épreuve.

Ogier a ensuite définitivement abandonné l’espoir de décrocher un septième titre mondial consécutif fin octobre, à l’occasion du rallye d’Espagne (terminant en 8ème position, loin derrière le vainqueur, Thierry Neuville). Arrivé à la troisième place du classement général en 2019 au volant d’une voiture défaillante, l’une des raisons de son départ au bout d’une seule saison chez le constructeur français Citroën était le rythme de développement jugé insuffisant de sa voiture. En se confiant dans un entretien accordé au site Autosport, il a admis que cet obstacle rendait ses performances inférieures vis-à-vis de ses concurrents, et qu’il n’était pas le seul à avoir remarqué cela au sein des pilotes de l’écurie. Pourtant conscient du challenge qu’il avait décidé de prendre en signant avec Citroën l’année dernière, Ogier a avoué n’avoir aucun regret, que ce soit par rapport à son choix ou à cette étape difficile de son parcours.

A lire aussi : Quels changements prévus pour 2019 dans le monde de l’automobile ?

Arrêt du programme WRC pour Citroën

Ce choix aura eu de grandes répercussions sur l’avenir de la marque française. Le directeur, Pierre Budar, a annoncé juste après le départ d’Ogier que Citroën Racing mettait fin au programme WRC. La raison, clairement exprimée, était le fait de ne plus avoir dans ses rang un pilote de pointe qui pourrait apporter un titre mondial à la marque, ce qui ne laissait aucun autre choix à Citroën que de se retirer du Championnat WRC. Cette raison a d’ailleurs été très mal perçue par Ogier lui-même, qui estime cela irrespectueux pour ses confrères.

Avec ce changement d’écurie pour la saison 2020, Ogier a pour ambition d’égaler le record du Finlandais Juha Kankkunen, champion du monde au volant de trois marques différentes (Peugeot en 1986, Lancia en 1987 et en 1991, puis Toyota en 1993). Sébastien Ogier, épaulé par son copilote Julien Ingrassia, a déjà remporté le titre mondial avec Volkswagen (2013, 2014, 2015 et 2016) et Ford (2017 et 2018). Aura-t-il une nouvelle chance de le faire dans une Toyota Yaris WRC, à l’occasion de ce qui pourrait être sa dernière saison de WRC ? La réponse à partir du 23 janvier prochain à Monte-Carlo.

Share and Enjoy !

0Shares
0 0